:::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::


Logo Maison de l'Algue
Quai de Cambarell • 29840 LANILDUT
Tél : 02 98 48 12 88 / Fax : 02 98 48 11 88 / E-mail : tourisme.iroise@orange.fr

Un lieu à visiter…

Le centre d'interprétation des algues se situe à l'embouchure de l'Aber Ildut
sur le premier port de déchargement des algues en Europe.

Ce lieu invite les visiteurs à plonger dans le monde fascinant des algues de la Mer d'Iroise.
Il permet de comprendre l'évolution des techniques de récolte et de transformation lié à l'emploi en France,
le travail de goémonier. Il donne des clés pour mieux comprendre le paysage du port
de Lanildut. Tout au long d'une visite ludique et interactive, des maquettes et des vidéos
vous font découvrir l'ensemble de la filière des algues.

A place to visit...The seaweed interpretation center is located at the mouth of the Aber Ildut, first port for the seaweed unloading in Europe.
This place invites the visitors to get immersed in the fascinating world of the seaweeds of the Iroise sea. It helps understand the evolution of the harvesting technics and transformation, the work of the "goemonier" (seaweed harvester). It gives keys to better understand the landscape of the port of Lanildut. Along a guided and interactive visit, models and videos will invite you to discover the overall seaweed industry.



Le port de Lanildut

Le port de Lanildut

est le premier port de déchargement des algues en Europe. 35 000 tonnes y sont débarquées chaque année, soit les 3/5è de la production française. Ce port a connu une activité précoce dans la vie maritime bretonne. Au XIXème siècle il est très actif dans le commerce du granit de l'Aber, utilisé pour le piédestal de l'obélisque de la place de la Concorde à Paris.

The port of Lanildut is the first port for the unloading of seaweeds in Europe. 35 000 tones are unloaded each year, it's 3/5 of the French production. This port have known an early activity in the Brittany maritime life. In the 19th century, it was very active in the commerce of Granit, used for the obelisk pedestal of the place de la concorde in Paris.


:::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::


Plongez dans le champ d'algues de la mer d'Iroise

Face au port de Lanildut, la mer d'Iroise abrite l'un des plus grands champs d'algues d'Europe. Situé dans l'archipel de Molène, il s'étend sur de larges plateaux rocheux, propices à la croissance des algues, en particulier des laminaires. Le plateau molénais est le principal lieu de récolte des algues en France. Il fait vivre la flottille de navires goémoniers et toute la filière de transformation des algues. Tout cela vous pouvez découvrir lors de la visite de la Maison de l'Algue.

La visite débute par une immersion dans le champ d'algues de l'archipel de Molène. Vous découvrirez un patrimoine naturel exceptionnel. Vous pourrez observer une grande diversité de formes, de couleurs, de tailles. Indispensables à la vie sous-marine, les algues assurent le développement de la faune de la mer d'Iroise.

In front of the port of Lanildut, The Iroise sea hosts one of the bigger kelp field of Europe. Located in the Molène archipelago, it spreads on a wild rocky plateau, favorable to the seaweed growth, particularly the laminar. The plateau of Molène is the main place for harvesting seaweed in France. It supports the "goemoniers" ships and the whole seaweed industry. All this you can discover during the visit of the Maison de l'Algue.
The visit starts by an immersion in the algae field of the Molène islands. You can discover an exceptional natural patrimony. You can observe a wild diversity of shapes, colors, sizes. Essential to the undersea life, seaweeds insure the development of the fauna and flora of the Iroise sea.


Qu'est-ce qu'une algue ?

algues
>> L'algue est la plus ancienne forme de vie sur terre. Ce végétal marin est une plante :
sans racine, sans fleur, sans tige
>> L'algue est une plante à thalle. Le thalle est composé de 3 parties :
une lame ou fronde découpée en filaments, cordons ou lanières, un stipe de longueur et diamètre variable, un disque ou des crampons qui servent de fixation.

Les algues vivent fixées par des crampons au fond de l'eau ou sur des rochers ; elles peuvent également flotter librement et se nourrir en captant l'énergie solaire.
Il existe 3 grandes catégories d'algues échelonnées dans les rochers : les brunes, les rouges, les vertes. C'est à leur forme plus qu'à leur couleur qu'il faut s'attacher pour les identifier sans erreur.

couleur-algues
(photo G.B.)

L'archipel de Molène est le plus vaste champ d'algues d'Europe. Le champ de laminaires de Molène représente une surface de plus de 1000ha où l'on dénombre plus de 300 espèces différentes. A lui seul il assure près de 40% de la production nationale de laminaires.

What is a seaweed?

Seaweed is the most ancient form of life on earth. This marine vegetable is a plant: without root, without stem, without flowers.
The seaweeds live attached by their tendrils at the bottom of the sea or on rocks. They are also able to float freely and captivate their energy from the sun.
Seaweed is a plant thallus. Although a thallus is largely undifferentiated in terms of its anatomy, there can be visible and functionable differences. A seaweed (kelp) may have its thallus divided into three regions:the parts of kelp include the holdfast anchor, stipe, which supports the blades; this blades are for photosynthesis.
There are 3 categories of algae (seaweed) spread out on the rocks: brown, red and green. It is their shape rather than their colour which identifies them.
The fields of kelp around the island of Molène represents about 2,500 acres where there are over 300 species. This covers nearly 40% of the national production.



Lanildut, premier port goémonier d'Europe

Depuis la nuit des temps, les hommes récoltent les algues. La muséographie présente le métier de goémonier, ses techniques, les outils de récolte et leurs évolutions. A partir des années 1970, la mécanisation va révolutionner ce métier. Dès 1961, le scoubidou à bras est inventé par Yves Colin. Aujourd'hui, le scoubidou hydraulique équipe tous les bateaux des goémoniers.

Une tradition goémonière vivace

Lanildut est imprégnée depuis longtemps de la vie des goémoniers. Le ramassage des algues
est une tradition ancienne: l'exploitation du goémon remonte au Moyen-Age. Le goémon d'épave ramassé sur les grèves était alors utilisé par la population côtière de diverses façons:
engrais agricole, combustible pour se chauffer, aliment pour se nourrir en temps de disette,
voire médicaments pour se soigner.

Le métier de paysan-goémonier se pratique depuis longtemps selon les techniques traditionnelles. A l'avant de son bateau, le goémonier récolte les algues avec la pigouille (sorte de faux);
puis il décharge la récolte d'algues à l'aide d'une charrette et d'un cheval, pour enfin la sécher
sur la dune et la brûler dans des fours à soude. La technique du brûlage a progressivement
disparu entre 1950 et 1952.

four à goemon

A tradition very much alive today

Lanildut has been involved for many centuries in the life of the goémoniers (seaweed harvesters). The gathering of seaweed is an ancient tradition.
The exploitation of seaweed started in the middle ages. The old seaweed collected on the beaches by the coastal population was the used in different ways: agricultural fertilisers, fuel for heating, food to eat in times of famine and medicinal purposes.
The work of the peasant goémonier existed using traditional methods. At the fore of his boat the collector used a pigouille ( a type of scythe) to collect the seaweed and place it in a horse drawn cart. Then seaweed was unloaded on the dunes to dry and then burned in “fours à soude” ( rectangular holes supported by stones in order to make soda). This technique disappeared around 1950-1952.


Lanildut, Rungis de l'algue

De nos jours, Lanildut est le 1er port goémonier européen de déchargement de goémon. L'activité goémonière a pris un véritable essor à partir de 1978, au moment du naufrage de l'Amoco Cadiz. Les usines de Landerneau et Lannilis font alors un effort pour acheter la récolte de goémon fraîche et non plus après séchage comme c'était le cas auparavant.

Cette pratique perdure et a permis à Lanildut de miser sur le goémon en développant ses infrastructures portuaires. Le port de Lanildut s'avère être une véritable plaque tournante du marché de l'algue. On y débarque près de 50% de la production nationale entre mi-mai et mi-octobre (période légale de pêche).

Chaque année, l'association Aber Ildut Loisirs et Culture organise, le dernier dimanche de juillet, son forum de l'algue: découverte et dégustation de produits à base d'algues, animations, visites guidées, conférences, concerts, etc.

dechargement
(photo Stéphane La belle ilienne)

Lanildut, is the national leading market of seaweed

Today Lanildut is the premier port in Europe for the unloading of seaweed. This activity rapidly developed since the start of 1978, the time of the wreck of the tanker Amoco Cadiz. The factories of Lannilis and Landerneau then made un effort to buy the fresh seaweed instead of drying it first, as was the case previously.
This practice continues today and has allowed Lanildut to develop its infrastructure. Hence the port has turned out to become the hub of the seaweed market, with the boats landing nearly 50% of the national production between mid-May and mid-October (the legal period of fishing).
Each year the association Aber Ildut Loisirs et Culture organise during the last Sunday of July the Forum de l'Algue for the discovery and tastes produced from the seaweeds. Also there are animations, guided explanatory visits to the beaches, conferences, concerts etc.


La révolution du scoubidou

L'apparition du scoubidou en 1960 a réellement révolutionné le métier. Inventé par Yves Colin, de Porspoder, cet outil composé d'une longue tige en acier se terminant par un crochet qui tourne dans l'eau, comme une vrille. Supporté par une grue, il virevolte et arrache sans effort les algues grâce à son bras mécanique. Une technique qui a beaucoup amélioré les rendements lorsque le scoubidou hydraulique est apparu dans les années 70. Dès lors, les petits et grands voiliers en bois,
ou pigouillers, ont été remplacés par des bateaux motorisés et plus grands.
La récolte du goémon se fait en fonction de la marée: 4h avant la basse mer et 2 à 3h après;
le déchargement se fait ensuite- laminaires digitées (95%), fucus et ascophyllum (5%).

scoubidou
(photo E.Chevillotte)

The revolution of the scoubidou
The invention of the scoubidou was by Yves Colin of Porspoder in 1960. It is composed of a long steel shaft ending in a hook which rotates in the water like a spiral. Supported by a crane, it twirls without effort and lifts up the seaweed with a mechanical arm.This is then placed in the hold of the boat. This technique has greatly improved the production. The scoubidou first appeared in the 1970s.
Since then the small wooden sailboats and the pigouillers have been replaced by diesel powered boats of a larger size.
Harvesting : The goémon is harvested 4 hours before low water and 2-3 hours afterwards. Unloading is then carried out in the port; the load consists of laminar digitata: 95% (common name kelp) and focus and ascophylum: 5% - knotted wrack and wrack.


Du laboratoire à l'usine

Les moyens d'insertion des algues dans l'industrie sont très nombreux et variés et leur utilisation s'étend à des domaines insoupçonnés. Les algues sont devenues indispensables dans l'agroalimentaire pour leurs propriétés gélifiantes et épaississantes.

L'industrie des colloïdes

Les applications industrielles de l'algue aujourd'hui concernent essentiellement la production de gélifiant, portant le nom savant de colloïde. Trois gélifiants différents sont extraits des algues :

1. Les alginates. Ils proviennent des algues brunes, essentiellement des laminaires. Ils sont produits par 2 usines en France, toutes 2 basées en Bretagne, à Landerneau et Lannilis. Les alginates sont utilisés dans l'agroalimentaire (glaces, desserts lactés, aliments pour chiens et chats...), la pharmacologie (pansements gastriques, comprimés, empreintes dentaires) et les industries (textile, papier, couches-culottes, traitement des eaux...).

2. Les carraghénanes proviennent des algues rouges (Chondrus crispus). Ils sont fabriqués dans la Manche et utilisés dans l'industrie textile, la photographie, la fabrication de peintures, l'agroalimentaire (boissons lactées, bière, flans, confitures, pâtes alimentaires…).

3. Les agars proviennent également des algues rouges (Gelidium sesquidepale). Cette algue se trouve en Bretagne mais elle se développe surtout en Méditerranée. Son exploitation a lieu au Pays Basque, en Espagne et au Maroc. Les applications concernent l'alimentaire (confiserie gélifiée)
et la bactériologie.

:::::::::::::::

From the laboritory to the factory
There are various and many ways to insert seaweeds compound in the industry and they are used in fields you couldn't believe of. Seaweeds are essentials for their thickening and gelling properties.

The colloid industry
Seaweed industrial applications today concern essentially the production of gelling agent, named colloid. Three different gelling agents are extracted from the seaweed:

1 Alginates. They come from brown seaweeds, essentially laminars. They are produced by 2 factories in France, both based in Brittany, in Landerneau and Lannilis. Alginates are used in the food industry (ice cream, milky desserts, cat and dog's food...), pharmacology (gastric medication, pills, dental prints) and industries (textile, paper, diapers, water processing...)

2 Carrageenans come from red seaweeds (Chondrus crispus). They are made in the Manche and are used in the textile industry, photography, painting fabrication, food industry (milky drinks, beer, flans, jams, pastas...)

3 Agars also come from red seaweeds (Gelidium sesquipale). This seaweed is found in Brittany but it develops mainly in the Mediterranean. The exploitation takes place in the Pays Basque, Spain and Morocco. Its applications concern food (candies) and bacteriology.



L'énergie des microalgues

La recherche sur la production d'énergie à partir des microalgues est un domaine en pleine expansion. Deux types de recherches sont menées : l'une porte sur l'extraction d'huiles végétales pouvant servir de biocarburant, l'autre porte sur l'emploi des nanotechnologies pour tirer directement de l'énergie électrique des cellules vivantes des algues.
Le projet SHAMASH, lancé fin 2006, a pour objectif de produire un biocarburant sous forme d'esther de méthyl à partir de microalgues. Il rassemble différents organismes français (INRIA, Ifremer, CNRS, Pôle mer Région Paca). La technologie consiste à isoler les microalgues ayant le meilleur rendement et à déterminer les conditions de culture optimales. Certaines espèces peuvent produire une quantité d'huile jusqu'à 30 fois supérieure à celle des oléagineux terrestres
(colza, tournesol…).

:::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::


Historique de la Maison de l'Algue

Depuis 1996 la commune et l'association Aber Ildut Loisirs et Culture ont décidé de valoriser l'activité goémonière à travers le Forum de l'algue qui se déroule tous les ans le dernier week-end de juillet. Cette manifestation est l'occasion de regrouper toutes les activités professionnelles oscillant autour de l'algue à travers une trentaine d'exposants et de proposer des conférences avec la participation de scientifiques et des animations autour de cette récolte (brûlage du goémon par exemple).

Suite au succès des Forums de l'algue, la première Maison de l'algue ouvre ses portes en 1999 dans un hangar situé sur la zone portuaire, toujours en collaboration avec l'association Aber-Ildut Loisirs et Culture. Elle accueillait une exposition d'outils traditionnels, un pigouiller (bateau en bois utilisé par les goémoniers), des panneaux expliquant la récolte des algues et ses diverses utilisations. En 2006 la Communauté de communes du Pays d'Iroise décide d'aménager un nouveau bâtiment sur le port. Un espace de plus de 100m² est réservé à la Maison de l'Algue.
A partir de 2010, une réflexion est entamée pour mettre en place une nouvelle muséographie.
Cette nouvelle implantation a permis d'améliorer l'accueil des publics et la muséographie.
La Maison de l'algue permet de mieux comprendre le paysage du port de Lanildut et d'identifier
les traces visibles de l'activité goémonière.


historique

:::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::


Informations pratiques

Mascottes

Dates et horaires d'ouverture

En saison
Lundi au samedi/ 9h00-12h30, 14h00-18h30
Dimanche/ 9h00-12h30, 15h00-18h30
Basse saison
Lundi/ 14h00-17h00
Mardi à samedi/10h00-12h00, 14h00-17h00
Fermé le samedi hors saison

Opening hours
High season
Monday to Saturday/ 9am-12.30pm, 2pm-6.30pm
Sunday/ 9am-12.30pm, 3pm - 6.30pm
Low season
Monday/ 2pm- 5pm
Tuesday to Saturday/ 10am- 12pm, 2pm- 5pm
(Closed on Saturdays during the winter)

Tarifs

>> Entrée libre pour les visiteurs individuels
>> Visites guidées pour les groupes et les scolaires: 2,50€/pers. Durée 1h30 à 2h.
Elles comprennent la visite de la Maison de l'Algue et la visite de l'estran pour découvrir les fours à goémon et les algues dans leur milieu naturel, ainsi que la participation à un atelier pédagogique pour les enfants.
>> Possibilité de louer la salle de projection pour des réunions de travail.

Renseignements

Pour les visites guidées, une réservation est demandée au moins un mois à l'avance.
Quai de Cambarell • 29840 LANILDUT
Tél : 02 98 48 12 88 / Fax : 02 98 48 11 88 / E-mail : tourisme.iroise@orange.fr

:::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::


http://lanildut.pagesperso-orange.fr/tourisme/maisalg.html